CAC40

ACCOR -0.24%
AIR LIQUI. -0.33%
AIRBUS GR. +0.24%
ARCELORMI. -0.60%
ATOS SE +1.21%
AXA -0.38%
BNP PARIB. -1.05%
BOUYGUES -0.13%
CAP GEMIN. +1.04%
CARREFOUR +0.46%
CREDIT AG. -0.61%
DANONE -0.56%
ENGIE +0.24%
ESSILOR I. +0.71%
KERING -0.40%
L'OREAL -0.36%
LAFARGEHO. -0.78%
LEGRAND +0.16%
LVMH -0.42%
MICHELIN +1.04%
NOKIA . -0.80%
ORANGE -1.01%
PERNOD RI. -0.37%
PEUGEOT S. -0.65%
PUBLICIS . +0.58%
RENAULT +0.21%
SAFRAN OP. -0.37%
SAINT-GOB. -0.04%
SANOFI -0.52%
SCHNEIDER. +0.18%
SOCIETE G. -0.34%
SODEXO +0.33%
SOLVAY SA +0.09%
TECHNIPFM. -0.63%
TOTAL -0.62%
UNIBAIL R. +0.36%
VALEO . +1.18%
VEOLIA EN. +0.12%
VINCI +0.85%
VIVENDI -0.06%
Dernière mise à jour: 26 mars 2017 20:45

CAC40

-0.24%
5020,900 pts

Hausses

Baisses

Chiffres clés

Devises

24 sep. 2016 - Dossiers dans actions-indices

Gros plan sur Pernod-Ricard

Pernod Ricard 45

Anne Meniel, où se situe Pernod Ricard à l'échelle mondiale ?

Il est numéro quatre mondial des vins et champagnes et numéro deux dans les spiritueux. Cela est d'autant plus intéressant que le marché des spiritueux qui représente 12 milliards d'euros est une vraie force pour le commerce extérieur de la France, en arrivant juste derrière l'aéronautique et devant les parfums et cosmétiques. Les deux marchés clés pour Pernod-Ricard sont les Etats-Unis et l'Asie. Plus le pays est développé, plus la consommation est forte et régulière. En ce qui concerne l'Asie, la Chine devrait connaître la plus forte croissance, dans le domaine, d'ici à 2015, avec une augmentation de 1,5 litre par an et par tête.

Pourquoi le secteur des spiritueux n’a pas connu de belles performances d’un point de vue boursier ces dernières années ?

Le parcours boursier des spiritueux a beaucoup déçu depuis 2014, en raison du ralentissement des pays émergents et, surtout, de la politique anticorruption en Chine qui a durement affecté leurs activités. La surperformance des titres de bière ces 5 dernières années s’est traduite par une valorisation des brasseurs deux fois plus forte que les spiritueux. Aujourd’hui, cette situation n’est plus justifiée, car les brasseurs connaîtront des marchés plus difficiles au Brésil, au Nigéria, en Chine et en Russie.

A l’opposé, il y a une meilleure visibilité dans les vins et spiritueux qui commencent à profiter d’un environnement plus favorable en Chine et aux Etats-Unis.

Quels sont les atouts de Pernod Ricard dans ce contexte ?

Les atouts de Pernod Ricard reposent sur un portefeuille bien diversifié et complet de marques fortes, un management rajeuni par l’arrivée d’Alexandre Ricard à la tête du groupe en 2015, un positionnement « premium » de ses marques et une décentralisation des activités pour mieux coller aux marchés locaux. Enfin, le groupe profite de sa présence dans les pays émergents (40 % du chiffre d'affaires) où la croissance est la plus forte.

Donc, le titre pourrait à nouveau retrouver les faveurs des investisseurs, selon vous ?

Dans le passé, Pernod Ricard a toujours bénéficié d’une prime d’environ 10 %. Or, Pernod Ricard est aujourd’hui le moins cher des spiritueux et affiche une décote de 10 % par rapport à Diageo, alors qu’il devrait se payer avec une prime de 10 %,grâce à son leadership global et à sa croissance bénéficiaire plus soutenue que ses concurrents.

Vous parlez de croissance bénéficiaire, mais Pernod Ricard peut-il encore améliorer sa rentabilité ?

Oui, et c'est même son objectif. Pour y arriver, il a mis en place plusieurs mesures, notamment un programme d'économies de coûts de 200 millions d'euros. Aux Etats-Unis, premier marché du groupe avec 60 % du chiffre d'affaires, Pernod Ricard va augmenter sa force de vente pour réduire l'écart avec Diageo. Cependant, le français doit y améliorer sa rentabilité, déjà plus élevée que la moyenne de la société, d'ici 2019 de 140 points de base. Ce sera d'ailleurs l'élément clé pour la réduction de la décote du titre.


Code : FR0000120693 , GB0002374006 | Tags : pernod, pernod ricard, anne meniel, diageo, finance sa, spiritueux, vins, bière, dge,

Actualités relatives

WebTV & Radio

Bilan sur l’année 2016
13 déc. 2016

Est-il encore temps de se positionner sur l’obligataire ? Pourquoi investir sur ce Amundi Oblig Internationales ? Quelle stratégie d’investissement, quelle classes d’actifs obligataires privilégier pour 2017 ? Laurent Crosnier, directeur des investissement d’Amundi Londres répond à vos questions sur Amundi Oblig International, notre stratégie obligataire de convictions. Un entretien réalisé par Vincent Roynel, directeur ...